Achetez notre événement de la Saint-Valentin et économisez automatiquement 10 % sur tout ce qui se trouve dans votre panier ! 9 au 31 janvier

Comment je suis devenu "réveillé" à 6 ans

J'ai toujours été un "enfant fleur" avant même d'avoir entendu le terme ou de savoir ce qu'il signifiait. Je suis un Poisson rêveur typique, et j'ai passé la plupart de mon enfance à errer dans les bois, à cueillir des fleurs, à trouver de belles pierres, à observer les oiseaux et les animaux et à chanter aux arbres (oui, j'ai chanté dans les bois parce que même jeune enfant, je me sentais intuitivement plus proche du Créateur quand j'étais là-bas. Ma chanson préférée à chanter à tue-tête était celle de mon école du dimanche - "How Great Thou Art" - même maintenant, elle me fait pleurer en la chantant)

Quand j'avais 6 ans, ma famille a déménagé à Topley, en Colombie-Britannique, au Canada. Mon père était dépanneur pour une grande entreprise de bois et nous nous déplacions fréquemment en Colombie-Britannique, en Alberta et enfin au Yukon, car il se rendait dans des opérations de scierie en difficulté et réorganisait les processus. Parfois, il s'agissait simplement de déplacer des personnes d'une zone de l'usine à une autre où leurs compétences correspondaient mieux. Il n'a jamais licencié de travailleurs si possible - il m'a appris que nous avons tous des compétences, nous devons juste trouver notre créneau.

Quoi qu'il en soit, l'année où j'avais six ans, nous avons déménagé à Topley et, comme d'habitude, j'ai passé mes journées d'été à errer dans les bois derrière notre maison. À cette époque (début des années 1960), il n'était pas inhabituel pour les enfants d'explorer par eux-mêmes car le monde était alors beaucoup plus sûr et plus gentil et nos parents nous avaient appris à être plus autonomes que les enfants d'aujourd'hui.

En me promenant à l'arrière de notre propriété à l'extérieur de la ville, je suis tombé sur un vieux hangar. C'était environ 8x8 fait de 2x4 et de contreplaqué. Il y avait une porte en contreplaqué qui pendait sur une charnière et il y avait une découpe de fenêtre mais pas de verre dedans. L'intérieur était couvert de toiles d'araignées et de crottes de souris avec de gros tas de feuilles mortes qui avaient dérivé au fil du temps. J'ai jeté un coup d'œil et j'ai vu cela comme la maison de mes rêves.

Au cours de la semaine suivante, je l'ai balayé, j'ai emprunté des marteaux et des clous à l'un de mes pères et j'ai cloué la charnière sur la porte (tordue mais ça a marché), j'ai emprunté l'agrafeuse robuste de mon père et j'ai agrafé du plastique sur la fenêtre cassée. J'ai transporté des boîtes en bois trouvées autour pour les utiliser comme table et chaises et j'ai apporté mes chariots et mon service à thé ainsi que mes livres préférés, des livres à colorier et des crayons dans ma cachette. C'était vraiment une maisonnette de rêve - elle ne fuyait même pas quand il pleuvait !

Puis, un jour, alors que je descendais pour jouer, j'ai trouvé une femme autochtone en état d'ébriété dans la maison de mes rêves ! Dans le style typique de gosse gâtée, j'ai mis mes mains sur mes petites hanches et lui ai dit de sortir, que c'était MA salle de spectacle. Elle a répondu en me frappant au visage et en me cassant le nez !

J'ai couru chez mon papa et lui ai dit ce qui s'était passé et il m'a alors expliqué une leçon de vie que j'ai prise avec moi pendant mes 64 ans - Il m'a dit que pour moi, ce n'était qu'une salle de spectacle. J'avais une vraie maison avec un lit chaud, de la nourriture et des vêtements tous les jours si je le voulais. La femme était manifestement une personne de la rue et pour elle, c'était vraiment une MAISON DE RÊVE. Dans cette petite cabane, elle pouvait rester à l'abri des intempéries et rester au chaud et au sec et relativement en sécurité. Elle n'avait pas les choses que j'avais, et je devrais être fier de l'avoir rendu si agréable pour elle. J'y ai pensé et le lendemain, j'ai pris la moitié de mon sandwich du déjeuner et je suis descendu à la salle de spectacle. Elle n'était pas là, mais j'ai laissé le sandwich et le lendemain, quand j'ai vérifié qu'il n'y en avait plus, elle l'a évidemment mangé. Je ne l'ai jamais revue, mais tout l'été jusqu'à la rentrée scolaire, je lui ai apporté la moitié de mon déjeuner, et chaque fois que je revenais, il n'y avait plus de nourriture.

Lorsque nous avons déménagé au Yukon quand j'avais 10 ans, mon père est allé plus loin et a décidé de construire une petite cabane avec une porte verrouillable, une fenêtre en verre et un petit poêle à bois à l'arrière de notre propriété pour l'un des rues locales. des gens qui étaient toujours arrêtés pour vagabondage. Tout le monde en ville pensait qu'il était fou, mais j'étais tellement fier de ce qu'il a fait. Il a toujours dit que tout le monde méritait la dignité.

À ce jour, mon nez est tordu et cela me rappelle de toujours traiter les autres avec respect et dignité, quel que soit leur sort dans la vie et d'aider et d'être généreux envers tout le monde car j'ai reçu tant de cadeaux dans cette vie.

Beaucoup de bénédictions,

Tara


Laissez un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approvés avant d'être affichés